Comment monter une charpente en fermette ?

Expert en construction ou pas, monter une charpente a toujours été une véritable épreuve. Nombreux sont ceux qui croient qu’il s’agit là d’une simple finition mais une fois à la tâche, on se rend compte qu’il ne suffit pas de « poser tout simplement » des bouts de bois en hauteur pour maintenir le toit. Relevez-donc ce défi de maître constructeur en lisant les quelques lignes suivantes et essayez de monter avec des professionnels, voire par vous-même, votre propre charpente.

Pourquoi opter pour une charpente en fermette ?

Avant d’entamer le montage, il est nécessaire de choisir la bonne charpente pour bien débuter. C’est pourquoi nous vous conseillons la charpente en fermette. Mais qu’a-t-elle donc de si particulière ?
Remarquez qu’en premier lieu, cette charpente tient de son nom, c’est-à-dire des fermettes qui la composent. Elle est aussi appelée charpente industrielle, charpente américaine, ou charpente en W. Ceux-là sont dû à sa popularité chez les artisans BTP, l’endroit où elle est née et la forme de son ossature.
Mais le fait qui la rende si intéressante est la présence des combles perdus en son sein. Effectivement, les espacements qu’elle laisse permettent d’obtenir une surface supplémentaire à votre domicile et ce, avec les moindres dépenses.

Comment procéder au montage ?

Pour faciliter davantage l’installation et la pose de la charpente en question, le montage devrait se dérouler en 3 étapes.

Préparation au montage

Comme pour préparer un gâteau, la première étape consiste à préparer la table, les ustensiles et les ingrédients. Dans notre cas, il s’agit du chantier, des outils, et des matériaux de construction. Commençons par le chantier : comme tout se passe sur le toit, il n’y a donc pas besoin de préparer beaucoup de matériels terrestres. En général, deux personnes devraient suffire mais il est nécessaire d’avoir un véhicule de levage à ses côtés, pour faciliter davantage la tâche. Ensuite, passons aux outillages. Les outils nécessaires pour une charpente sont : un marteau de charpentier, un tire-clou, une équerre et une fausse équerre, un cordeau, et une guillotine à coupe rapide. Sinon, pour plus de sécurité il ne faut pas oublier une échelle de toit, une console de couvreur, un stabilisateur d’échelle, ainsi que notre fameux duo « lunettes et masque de protection ». Et pour finir, passons aux ingrédients ou, plutôt, les matériaux de construction à avoir. Généralement en bois, on a : les fermettes, les chevrons, la panne faîtière, le potelet habitable, l’entrait retroussé, le poinçon, l’entrait, la panne intermédiaire, et la sablière.

Montage des fermettes

Une fois tous les ingrédients réunis, on passe enfin à l’étape la plus importante : le montage. Voici l’ordre des instructions à suivre :

  1. Mettre en place la première fermette : posez cette dernière contre le mur pignon pour qu’elle suive le sens de la pente tout en alignant les deux repères. Utiliser par la suite les goujons d’ancrage pour une fixation sur la maçonnerie. Attention, la première fermette se doit d’être fixée en première pour servir aux autres de référence pour les écarts.
  2. Suivre le plan de pose et déposez les autres fermettes une à une sur le tracé de rive, en respectant les écartements. Si c’est encore difficile pour vous de vous repérer via les écartements dans votre plan de pose, vous pouvez fixer une entretoise entre la fermette déjà posée et celle que vous allez poser pour vous référer.
  3. Fixer la dernière fermette comme vous avez fixé la première, sans oublier de l’ancrer dans la maçonnerie avec les goujons.
  4. Utiliser une équerre pour la fixation des autres fermettes. Il suffit de la placer contre la fermette à fixer, de percer un trou au perforateur pour la fixation, d’y insérer un goujon d’ancrage et de serrer le tout avec une clé à cliquet.
  5. Clouer un ou deux tasseaux sur la charpente de façon à maintenir provisoirement les écarts entre les fermettes, le temps de passer à la dernière étape du montage.

Fixation finale du montage

Cette étape est la plus importante car elle détermine la durabilité de votre charpente. Il faut savoir qu’un toit solide résiste aux évènements météorologiques, aux catastrophes naturelles, voire à n’importe quel accident qui pourrait se produire. Donc, l’ossature en elle-même se doit d’être bien fixée. Pour rajouter une petite touche de résistance à vos travaux de charpente, installer-y des filants sur la longueur et des antiflambements/contreventements sur les diagonales, avant de fixer une bonne fois pour toutes les fermettes. Une fois que cela est fait, vous pouvez fixer le tout avec des clous torsadés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*