tétanie

Que faire en cas de crise de tétanie ?

La spasmophilie, étant la forme légère de la tétanie, touche une dizaine de millions de Français. Cette maladie, décrite pour la première fois en 1852, est la conséquence directe du stress et de l’anxiété. Quand la nervosité de la personne s’amplifie, sa fréquence respiratoire est élevée, ses doigts se contractent et elle vomit. Dans ce cas, que faire ?

Origine de la tétanie

Les événements déclencheurs d’une crise de tétanie sont souvent le conflit familial, la contrariété et le stress psychologique. Cette affection est aussi associée à la baisse du taux de calcium dans le sang. Elle peut aussi être le résultat d’une carence en magnésium ou de potassium ou encore de vitamine D.

Une crise de tétanie apparaît souvent dans le cadre d’une période angoissante. Comme l’obscurité favorise le stress chez une personne ayant un trouble anxieux généralisé, les crises sont plus fréquentes la nuit.

Cette maladie touche majoritairement les adolescentes et les sujets ayant une personnalité anxieuse.

Les symptômes d’une crise de tétanie

La tétanie se présente sous diverses formes : troubles sensoriels, engourdissement autour de la bouche, crampe musculaire et sensation de brûlure ou de picotement sur les extrémités.

Le problème s’empire quand les symptômes fréquents tels que l’accélération de la fréquence respiratoire ainsi que les signes d’agitation apparaissent. Dans ce cas, la personne victime présente aussi de la contraction des muscles, notamment des pieds et des mains. Toutefois, ces spasmes peuvent toucher tout le corps, ce qui entraîne les troubles respiratoires : sons aigus pendant la respiration.

Dans certains cas, des vomissements, des convulsions et des douleurs intenses peuvent survenir. L’épisode est critique si la personne fait une crise d’épilepsie.

Comment réagir en cas de crise de tétanie ?

Isolez le patient et aidez-le à rester calme

La panique crée un cycle infernal si bien que la première chose à faire est de se calmer et de rassurer la personne. Le mieux est d’extraire le patient d’un milieu hostile et de l’isoler dans un endroit calme. Il faut savoir qu’un entourage trop bruyant augmente les manifestations.

Vous pouvez aussi adopter des méthodes simples pour réduire les symptômes psychiques ou physiques de la crise comme distraire l’attention du patient des impressions de menaces qui lui pèsent dessus.

Résolvez le problème respiratoire

Pour calmer la contraction, encouragez le patient à se détendre, à se relaxer et à étirer ses muscles. Le but est de réguler la respiration de la personne en lui faisant respirer dans un sac en plastique. À défaut de sac, formez une sorte de masque sur le nez et sur la bouche à l’aide des deux mains. De cette manière, le CO2 réintègre ses poumons ce qui est à même de soulager les symptômes. Toutefois, l’oxygène dans le sac diminue avec le temps si bien qu’il faut arrêter cette technique après quelques mouvements respiratoires. Une fois les signes de l’hyperventilation disparus, respirez normalement.

Par ailleurs, vous pouvez aussi pratiquer la cohérence cardiaque. Cela consiste à respirer 6 fois par minute. Ainsi, vous devez inspirer pendant 5 secondes et expirer sur 5 secondes, et ce, 6 fois de suite. Faites cet exercice pendant un certain temps jusqu’à ce que les symptômes disparaissent peu à peu. Vous pouvez aussi adopter d’autres exercices de respiration comme les pauses respiratoires ou la respiration au carré.

De manière générale, vous devez l’inciter à fermer la bouche et à l’aider à faire une respiration ventrale et par le nez pour modifier son rythme respiratoire.

Si la crise persiste ? Demandez de l’aide

Dans certains cas, une crise de tétanie peut durer plusieurs minutes, voire des heures. En cas d’extrême agitation de la personne ou en cas de persistance de la crise, appelez le 15 (SAMU). Leur présence est toujours d’une aide précieuse. En plus, les professionnels de santé peuvent faire une injection lente de calcium ou de prescrire des calmants, tels que les anxiolytiques lors d’une crise. Il faut savoir quand même que l’hospitalisation est rarement nécessaire lors d’une crise de tétanie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*