vache laitière

4 conseils pour améliorer la production laitière des vaches

Investir dans l’élevage implique un travail régulier et progressif afin de pouvoir bénéficier d’une certaine rentabilité. Pour de nombreux éleveurs bovins, l’augmentation de la production laitière des vaches reste un objectif majeur. Vu qu’on ne peut pas toujours se permettre d’acheter de nouvelles laitières, il est plus judicieux de trouver des solutions valables sur le long terme pour améliorer davantage la productivité par vache. Découvrez dans cet article 4 conseils pour y parvenir.

Quels facteurs déterminent la production laitière des vaches ?

La production laitière moyenne normale d’une vache est de 28 litres par jour pendant 10 mois dans l’année. Il faut cependant noter que ce chiffre est juste à titre indicatif. En effet, plusieurs facteurs entrent en jeu quand il s’agit de faire accroître la quantité de lait produite par vache.

• La race : le choix de la race bovine à élever est un facteur important. Des vaches laitières Prim’Holstein donnent plus de lait que des Jersey (le double de la quantité offerte par ces dernières). Il y a également Les Normandes, les Pies rouges des plaines, la Jersiaise, la Bordelaise, la Béarnaise, l’Abondance, la Brune et la Froment de Léon qui sont des races très intéressantes et productives.

• L’alimentation : le fourrage donné aux vaches doit être appétent et de qualité. Quand on dit « de qualité », cela signifie que l’alimentation doit être équilibrée et énergétique, c’est-à-dire riche en cellulose mais pauvre en calcium et en potassium. Il faut aussi veiller à ce qu’elle soit fournie en quantité suffisante.

• La santé : le bien-être et l’état de santé des vaches doivent être surveillés de près. En effet, la baisse de production laitière est inévitable si elles sont malades.

• L’environnement : la propreté et l’hygiène de l’étable sont gages de la santé et du bien-être des vaches. Il ne faut pas négliger ces éléments.

Comment faire pour optimiser la production laitière des vaches ?

Certes, les tâches à exécuter ne sont pas faciles mais avec une bonne dose de détermination, on peut arriver à augmenter la quantité de lait journalier donnée par une vache. Voici nos conseils :

1. Surveiller la santé du troupeau

Une production de lait en grande quantité et de qualité passe incontestablement par des troupeaux sains. Comme dit plus haut, il faut s’assurer que l’environnement dans lequel ils vivent soit favorable à leur santé et bien sécurisé. Un vétérinaire doit venir régulièrement les consulter afin d’établir un bilan de santé. Les signes de maladies et les blessures doivent être détectés à temps.

2. Organiser les inséminations

Une vache ne peut produire du lait qu’après le vêlage. Elle met bas au bout de 9 mois et commence à produire du lait pendant 10 mois. Elle passe ensuite dans une période de pause de 2 mois dans laquelle on peut l’inséminer de nouveau. En gros, il faut faire saillir les vaches laitières tous les 12 mois si l’on veut qu’elles produisent du lait au cours de l’année.

3. Surveiller l’ingestion et l’abreuvement

Comme on l’a dit ci-dessus, l’alimentation des vaches doit être suivie de près si on veut rentabiliser sa production laitière. Destinés à couvrir tous leurs besoins naturels, les fourrages et les pâturages doivent être suffisamment énergétiques, c’est-à-dire riches en cellulose et complétés par de la luzerne, des graminées et des aliments composés (un mélange de substances minérales et végétales).

Aussi, l’utilisation de distributeurs d’aliments automatiques est préconisée pour mieux répartir la ration journalière des vaches.

Par ailleurs, il est nécessaire d’assurer un bon approvisionnement en eau des ruminants. Ici aussi, des abreuvoirs automatiques sauront garantir cette tâche. Les vaches ne devront jamais manquer d’eau. À savoir, une vache consomme à peu près entre 40 et 180 litres d’eau par jour.

Tous ces éléments contribuent à l’obtention d’une grande quantité de lait de qualité.

4. Veiller à l’hygiène

Pour éviter les maladies telles que les mammites, il faut impérativement respecter certaines mesures d’hygiène notamment :

• la mise en œuvre d’une méthode de traite adaptée (manuelle ou mécanique) ;
• l’entretien régulier des équipements et du matériel de traite ;
• la désinfection des trayons après chaque traite ;
• la conservation des aliments à l’abri de l’humidité et des animaux nuisibles ;
• le respect des normes de densité animale et environnementales de l’étable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*